octobre

travaux à l'atelier

En octobre les travaux aux ruches sont limités à de la surveillance principalement.

Certes, il nous reste quelques transhumances à effectuer mais nous attendons la pluie qui se fait toujours aussi attendre. En effet, la côte bleu et le sud Luberon sont particulièrement sec cette année et les fleurs se font rares. à l'inverse, la Haute Provence a pu profiter de quelques minces pluies et avec les températures très douces, les colonies y sont mieux qu'en bas.

réparation, grattage, désinfection....

Octobre et novembre sont consacrés principalement à la remise en état du matériel.

Notre matériel est en bois ce qui a pour avantage d'être facilement réparable. Nous changeons toutes les parties étant abimées ou pourries par les champignons et l'humidité. Mais le bois n'est pas éternel. Nous achetons tous les ans environs 5% de matériel neuf. Il faut donc monter, marquer et peindre le matériel que nous achetons et/ou fabriquons.

Des colonies sont mortes toutes l'années, environ 17% pour 2017. Le matériel rentré à l'atelier est gratté, puis désinfecter à la flamme et enfin réparer et repeint. Nous utilisons du thermopeint pour cela. Comme nous peignons que l'extérieur, le matériel est beaucoup moins résistant qu'avec de la cire microcristalline mais le pouvoir isolant notamment contre les rayons du soleil en été n'est pas négligeable en Provence.

visite de control

un gros mois après la dernière récolte, toutes les ruches sont à nouveau pesées. Leur consommation, l'activité sur la planche d'envol et les rentrées de pollen nous renseigne sur ce qui se passe dans les ruches.

Malgré le manque de pluie, les colonies ont trouvé du pollen et on doublé leur surface de couvain. Fin septembre et début octobre ayant été très chaud, cette surface de couvain a vraisemblablement encore grossit. J'aime bien, à chaque fois que je vais aux ruches, prendre une ruche témoin, qui me parait être la moyenne du  rucher et ouvrir afin de vérifier les observations extérieures. Au fil des années cela donne des connaissances qui évite bon nombre d'ouverture inutile par la suite et permet d'anticiper certaines de nos actions.

En fermant l'entrée 20s on peut compter facilement le nombre d'abeille arrivant avec du pollen. Ici une dizaine, soit une abeille toutes les 2s..... l'élevage a bien repris....

fonte de la cire d'opercule

La cire d'opercule provenant des différentes récoltes est stockée dans des sacs en toile de jute.

Elle est fondue avec de l'eau, à feu doux, dans une chaudière.

Le mélange est transvidé dans des gamates légèrement évasées pour faciliter le démoulage.

En refroidissant lentement toute la nuit, la cire plus légère remontera en surface et les impuretés, propolis, miel et eau resteront au fond. Il ne faudra pas oublier de mettre un peu d'eau pour éviter que le pain ne colle à la gamate. Et d'isoler les gamates pour un refroidissement lent sinon le pain se craquellera et pourra casser lors du transport chez le cirier.


Écrire commentaire

Commentaires: 0