Techniques apicoles

suivi de ruche S2022 E01

visite de printemps

ruche 2

ruches 1


pour les détails sur notre manière de faire lors des visites de printemps cliquer ici

marquage de reine

le marquage de reine nécessite un peu de pratique afin d'attraper la reine en sécurité.

Tout d'abord ne jamais toucher la reine par l'abdomen. Si on attrape la reine par cet organe, les ovaires peuvent être abîmées et la reine changée par la colonie.

On attrape la reine par les ailes avec une main et on la coince entre l'index et le pouce avec l'autre main au niveau du thorax pour la marquer.

On poinçonne uniquement le thorax. Si du marquage coule sur la tête accidentellement, la reine sera amputée d'une partie de sa vision car les ocelles se trouvent tout proche


la question du nourrissement

Pour ou contre, chacun s'adaptera à ses contraintes et son environnement.

 

Ici, en Haute-Provence, pas de colza, d'aubépine, d'acacia ou autres plantes printanières réputées miellifères. Une pluviométrie très faible donc peu de nectar mais des températures très douces et moins fluctuantes.

Toutes ces caractéristiques font qu'en Haute-Provence les récoltes de miel de printemps sont souvent quasi nulles.

Les ruches ne sont pas nourries 10 mois par an mais mars et avril doivent suivies avec attention.

 

 

Les quantités de sucre exogènes sont en constante diminution grâce à un gros travail de sélection des colonies, des ruchers mais aussi de techniques apicoles et sont de l'ordre de 5kg par ruche.

0 commentaires

suivi de ruche épisode 10

sublimation d'acide oxalique

quand sublimer ?

Pour être efficace, la sublimation doit se réaliser sans couvain. La fenêtre météo en Haute-Provence est sans cesse réduite. Elle se situe généralement entre le solstice d'hiver et la fin janvier.

 

Pour une efficacité accrue, l'ideal est de travailler avec des température comprise entre 5°C et 12°C. La colonie n'est pas en grappe serrée et peu d'abeille sorte de la ruche.

comment sublimer ?

Nous faisons généralement 2 passages à 2 semaines d'intervalles (mais parfois 1 mois). Sans couvain l'efficacité est proche des 90-95%.

Il est difficile en Haute-Provence d'avoir une période avec 100% des colonies sans couvain. Certaine colonie arrête systématiquement la ponte lorsque les jours sont courts vers mi décembre. D'autres colonies arrêteront de pondre aux périodes les plus froides généralement vers la mi janvier.

Ce qui compte c'est l'efficacité sur le ruche global car une ruche surinfesté va propager le varroa sur les ruches voisines.

avantages et inconvénients de la sublimation d'acide oxalique

La sublimation est une technique très avantageuse et très utilisée car elle permet de traiter les ruches l'hiver sans ouverture. De plus on peut multiplier les passages sans danger avéré pour les abeilles. On hésitera pas à faire un troisième passage en janvier si l'hiver est rigoureux.

 

 

Du côté des inconvénients, il y a bien sur le prix mais aussi l'équipement. Il est indispensable de se protéger avec un masque à cartouche de gaz et gant. Cet accoutrement peut paraitre paradoxal avec une molécule utilisée en agriculture Bio.

qu'es ce que l'acide oxalique ?

 

 

L'acide oxalique est en effet une molécule naturelle appelé aussi sel d'oseille.

 

Elle est très petite, se dégradant très rapidement dans la nature. Elle n'a donc aucun impact sur l'environnement.

 

Elle est présente naturellement en grande quantité dans le miel. Malgré son importante utilisation en apiculture, les analyses montrent qu'il n'y a aucune modification de sa quantité dans le miel. Elle n'a donc aucun impact sur le produit miel et par conséquent sur le consommateur.

 

Mais cela reste un puissant acide qui sublimé peut brûler gravement les poumons, les yeux... bien équipé l'apiculteur ne risque rien mais attention aux ruchers dans des zones ou passent du monde.

 

Pour la dangerosité vis a vis des abeilles, tout reste à prouver. L'acide oxalique est utilisé depuis plus de 20 ans. Malgré ça, il y a eu très peu de recherche scientifique. Sans doute que les laboratoires ne sont pas intéressés par une molecule naturelle, peu onéreuse dans une filière "pauvre".

A l'heure actuelle, les seules données que nous avons sont des données de terrains. Aucune mortalité d'abeilles, les italiens ont testés jusqu'à 7 passages à 1 semaines d'intervalle sans mortalité de reine. Peut être qu'un jour on découvrira un impact négatif sur les abeilles mais en attendant comme tout médicament la part de bénéfices est largement positif avec une grande efficacité face au principal meurtrier des colonies d'abeille.

0 commentaires

suivi de ruche episode 9

retrait des inserts

Les inserts doivent être laissé 12 semaines (préconisation du fabricant Apivar).

 

Dans notre secteur de Haute-Provence, la miéllée principale d'été est tardive. Les ruches sont soignées courant août. Le retrait des bandelettes doit donc se faire en novembre. Période ou les colonies sont encore populeuses avec la miéllée de lierre qui touche à sa fin et une quantité non négligeable de couvain.

Il n'est donc pas toujours évident d'ouvrir les ruches avec des colonies agressives.

 

C'est une des raisons supplémentaires qui nous poussent à généraliser l'encagement de reine.

Avec cette méthode, outre l'abandon de molécules pas top, cela évitera une ouverture de ruche dans une période délicate.

0 commentaires

suivi de ruche épisode 8

pesée de contrôle et fermeture des entrées

pour plus de précision sur la méthode de pesée cliquez ici et ici

L'évolution du poids durant la saison est bien plus importante que le poids précis de la ruche.

Chez nous, avec notre race noire, environ 14-16kg de provision soit 7-8 cadres Langstroth bien plein suffisent à passer l'automne, l'hiver et tenir jusqu'au première rentrée de nectar printanière d'avril/mai

 

0 commentaires

suivi de ruche épisode 7

récolte du miel de lavande et traitement varroas

Le bilan de la saison est très correcrt. La production de miel reste honorable. Habituellement la miellée souffre de sècheresse mais cette année c'est le mistral et le froid qui a limité les colonies.

Seul bémol le taux de mortalité qui continue d'augmenter. Sur beaucoup de rucher cette mortalité est correct aux alentours des 10% mais quel

0 commentaires