suivi de ruche épisode 8

pesée de contrôle et fermeture des entrées

pour plus de précision sur la méthode de pesée cliquez ici et ici

L'évolution du poids durant la saison est bien plus importante que le poids précis de la ruche.

Chez nous, avec notre race noire, environ 14-16kg de provision soit 7-8 cadres Langstroth bien plein suffisent à passer l'automne, l'hiver et tenir jusqu'au première rentrée de nectar printanière d'avril/mai

 

0 commentaires

suivi de ruche épisode 7

récolte du miel de lavande et traitement varroas

Le bilan de la saison est très correcrt. La production de miel reste honorable. Habituellement la miellée souffre de sècheresse mais cette année c'est le mistral et le froid qui a limité les colonies.

Seul bémol le taux de mortalité qui continue d'augmenter. Sur beaucoup de rucher cette mortalité est correct aux alentours des 10% mais quel

0 commentaires

suivi de ruche épisode 6

récolte miel de printemps

La récolte de miel de printemps est très maigre cette année comme un peu partout en France. Malgré de belle température fin mai et une pluviométrie correct en avril, les colonies ont vraisemblablement utilisé la petite miellée pour pondre et faire des abeilles plutôt que de stocker quelques kilos. Les colonies semblent correctes malgré le printemps très froid la miellée de lavande parait prometteuse.

0 commentaires

suivi de ruche episode 5

pose des hausses et nourrissement / stimulation

Il aura fallu attendre presque 2 mois après la visite pour poser la hausse de la ruche 1.

Face à ces épisodes de froid/pluie, tout le monde à ses avis. Certains préfèrent le candi, là ou d'autres lèvent les hausses pour nourrir avec du sirop concentré, il y a les anti nourrissement.... il n'y a bien sur pas de bonne ou mauvaise pratique mais comme souvent des avantages et des  inconvénients. La stimulation que nous pratiquons n'est valable que si une miellé n'est pas loin et si des belles journées permettent aux colonies d'amasser du pollen. Cela est lourd en temps car demande beaucoup de passage pour être efficace. Une fréquence plus importante aurait d'ailleurs été plus judicieuse pour certaines ruches. Les populations sont correctes actuellement mais devraient diminuer. Pas très grave car la fin du printemps semble prometteuse et les ruches ayant souffert devraient bien repartir pour être prêtes pour les lavandes

Ici la nature a pris une voir deux semaines de retard par rapport aux dernières années. Les épis de lavandin commencent à être visibles mais il semble bien que le gel n'est pas épargné certains secteurs.

6 commentaires

suivi de ruche épisode 4

pose hausse ruche 1 et nourrissement / stimulation

Il manque le début de la vidéo. Mais pour résumer, la population est correct, sur 10 cadres, aucune abeille dans le nourrisseur donc pas non plus exceptionnelle. Au vue de la météo de la semaine prochaine nous allons donc retarder la pose de la hausse. Les 2 cires gaufrés sont bâtis mais un seul pondu. 

Malgré l'apport d'1L de sirop de stimulation, la ruche ayant 0g de miel a logiquement ralenti sa ponte (beaucoup d'alvéoles vides non repondues). En effet 1L de sirop 50/50 contient environ 700g de miel (ou sucre) et avec une météo comme nous vivons actuellement, cela permet aux ruches de tenir 5j. Les colonies consomment environ 200g par jour. Pour ne pas faire ralentir la ponte et impacter notre future récolte, nous sommes passés stimuler/nourrir tous les 5j sur certains ruchers mais pas celui là.

1 commentaires

suivi de ruche épisode 3

pose des hausses

Pour infos, nos colonies noires batardes, prennent en moyenne un cadre de couvain par semaine, 10 jours s'ils fait un temps pas top et 5 jours s'il y a une miéllée. Notre ruche sur 4 cadres de couvain il y a 6 semaines, au vue de la météo d'avril, est tout juste sur 8 cadres de couvain mais bien abeillées. Nous posons les hausses uniquement lorsque les 2 cires gaufrés sont bâtis et pondus.

stimulation

fini le nourrissement lourd, le mois de mai est consacré à la stimulation. La ponte de ce mois est cruciale pour la miéllée de lavande. Chaque semaine ou le temps est 3-4 jours en dessous des normales de saison, nous apportons 1l de 50/50 aux colonies. Avec 2kg de miel et 1,5L d'eau nous obtenons environ 3L de 50/50. Avec 1L nous stimulons pendant 2-3 jours et le surplus est stocké mais très rapidement consommées. D'ou l'importance de le faire au miel car les miéllées ne sont pas très loin et les hausses sont posées. En moyenne nous faisons 3 passages. Certaines années, aucune stimulation n'a été faites et inversement l'an dernier nous avons effectué 8 passages.

0 commentaires

suivi de ruche épisode 2

nourrissement sirop concentré

Malgré le début des floraisons des haies, des rentrées de nectar et de la chaleur, les ruches perdent du poids
Malgré le début des floraisons des haies, des rentrées de nectar et de la chaleur, les ruches perdent du poids

Au printemps, la majorité du miel et des provisions sont consommées par les abeilles pour élever des futures abeilles et ainsi accroitre la population de la colonie.

Au plus il y a de provision, au plus il y a de miel/miellée au plus il y aura d'abeille cet été.

Autrement dit, lors des belles semaines comme celle que nous avons vécus, la ponte de la reine s'accélère et malgré quelques entrées de nectar, le poids des ruches ne cessent de diminuer.... lors de semaines mitigées, les abeilles rentrent du pollen et l'élevage se fait principalement avec les provisions stockées durant l'été. Lors des vagues de froid comme celle que nous vivons actuellement, la colonie diminue ou stoppe la ponte et la consommation de miel continue mais cette fois ci pour chauffer le nid à couvain. Pour résumer, peu importe le climat, le poids des ruches au printemps diminue continuellement. Cette diminution est plus ou moins importante selon les semaines en fonction du climat, de la race et du rucher mais grossièrement de l'ordre d'1kg par semaine chez nous en Haute-Provence sur le plateau d'Albion. Ici, les premières vraies miellés se situent aux alentours de la mi mai soit 8 semaines après la visite.

 

à la visite de printemps, les provisions étaient très faibles pour la période et estimées à guère plus d'un ou 2kg par ruche. Nous avons rajouter l'équivalent de 4 et 5kg de miel. Tout juste suffisant pour passer avril.

Rien de pire pour les provisions qu'un climat qui alterne avec des extrêmes, c'est pourquoi nous n'hésitons pas à nourrir encore, guère après les visites. Les colonies sont en pleine expansion et fleurter avec la limite expose à des carences le couvain et peut vite faire végéter une ruche.

0 commentaires

suivi de ruches épisode 1

suivi de ruche préambule

Cette année nous allons suivre 2 ruches. Chaque intervention sera filmée, et pas uniquement les ouvertures de ruche.

 

Sur internet on voit souvent des photos et vidéos soit de très belles ruches, soit de ruches mortes alors que la plupart du cheptel français se situe entre ces 2 extrêmes.

 

 

Le rucher sédentaire se situe en Haute-Provence à plus de 800m d'altitude.

Nous avons un climat entre méditerranéen et montagnard. Le mistral souffle régulièrement mais la pluviométrie (600mm/an) est bien supérieure aux département du 13 et du 84.

Les ruches sont des Langstroths a fond plein.

Les colonies sont de l'abeille noire locale "batarde". Nous ne changeons pas les reines.

 

Les 2 ruches sont des reines de 2 ans que nous suivrons le plus longtemps possible.

1ere intervention 27 MARS 2021

visite de printemps et nourrissement

Pour plus de détails sur notre fonctionnement des visites de printemps cliquez ici. En effet, je ne m'attarde pas trop sur les vidéos.

 

La visite des 2 ruches est assez représentative de nos ruchers sédentaires avec des colonies vides de miel et peu développées.

 

Le nourrissement est indispensable pour la santé des colonies. N'oublions pas que nous récoltons une partie de leur réserve. Cette réserve était le surplus des colonies il y a une quarantaine d'année mais varroas, pesticide, baisse de la flore, importation de race... font qu'aujourd'hui les colonies de Provence qui hivernaient avec 10kg de miel ont besoin de bien plus.

Certes nous nourrissons aux sucres (Apiinvert) pour des raisons économiques mais le nourrissement aux miels semble envisageable et nous y glissons progressivement. Ces 10 dernières années la quantité données représentent 1/3 de la production soit 4 à 8kg pour 15 à 25kg de récolte.

Ruches 1

Ruches 2

0 commentaires