suivi de ruche épisode 2

nourrissement le 6 avril

Malgré le début des floraisons des haies, des rentrées de nectar et de la chaleur, les ruches perdent du poids
Malgré le début des floraisons des haies, des rentrées de nectar et de la chaleur, les ruches perdent du poids

Au printemps, la majorité du miel et des provisions sont consommées par les abeilles pour élever des futures abeilles et ainsi accroitre la population de la colonie.

Au plus il y a de provision, au plus il y a de miel/miellée au plus il y aura d'abeille cet été.

Autrement dit, lors des belles semaines comme celle que nous avons vécus, la ponte de la reine s'accélère et malgré quelques entrées de nectar, le poids des ruches ne cessent de diminuer.... lors de semaines mitigées, les abeilles rentrent du pollen et l'élevage se fait principalement avec les provisions stockées durant l'été. Lors des vagues de froid comme celle que nous vivons actuellement, la colonie diminue ou stoppe la ponte et la consommation de miel continue mais cette fois ci pour chauffer le nid à couvain. Pour résumer, peu importe le climat, le poids des ruches au printemps diminue continuellement. Cette diminution est plus ou moins importante selon les semaines en fonction du climat, de la race et du rucher mais grossièrement de l'ordre d'1kg par semaine chez nous en Haute-Provence sur le plateau d'Albion. Ici, les premières vraies miellés se situent aux alentours de la mi mai soit 8 semaines après la visite.

 

à la visite de printemps, les provisions étaient très faibles pour la période et estimées à guère plus d'un ou 2kg par ruche. Nous avons rajouter l'équivalent de 4 et 5kg de miel. Tout juste suffisant pour passer avril.

Rien de pire pour les provisions qu'un climat qui alterne avec des extrêmes, c'est pourquoi nous n'hésitons pas à nourrir encore, guère après les visites. Les colonies sont en pleine expansion et fleurter avec la limite expose à des carences le couvain et peut vite faire végéter une ruche.

0 commentaires

suivi de ruches épisode 1

Cette année nous allons suivre 2 ruches. Chaque intervention sera filmée, et pas uniquement les ouvertures de ruche.

 

Sur internet on voit souvent des photos et vidéos soit de très belles ruches, soit de ruches mortes alors que la plupart du cheptel français se situe entre ces 2 extrêmes.

 

 

Le rucher sédentaire se situe en Haute-Provence à plus de 800m d'altitude.

Nous avons un climat entre méditerranéen et montagnard. Le mistral souffle régulièrement mais la pluviométrie (600mm/an) est bien supérieure aux département du 13 et du 84.

Les ruches sont des Langstroths a fond plein.

Les colonies sont de l'abeille noire locale "batarde". Nous ne changeons pas les reines.

 

Les 2 ruches sont des reines de 2 ans que nous suivrons le plus longtemps possible.

1ere intervention 27 MARS 2021

visite de printemps et nourrissement

Pour plus de détails sur notre fonctionnement des visites de printemps cliquez ici. En effet, je ne m'attarde pas trop sur les vidéos.

 

La visite des 2 ruches est assez représentative de nos ruchers sédentaires avec des colonies vides de miel et peu développées.

 

Le nourrissement est indispensable pour la santé des colonies. N'oublions pas que nous récoltons une partie de leur réserve. Cette réserve était le surplus des colonies il y a une quarantaine d'année mais varroas, pesticide, baisse de la flore, importation de race... font qu'aujourd'hui les colonies de Provence qui hivernaient avec 10kg de miel ont besoin de bien plus.

Certes nous nourrissons aux sucres (Apiinvert) pour des raisons économiques mais le nourrissement aux miels semble envisageable et nous y glissons progressivement. Ces 10 dernières années la quantité données représentent 1/3 de la production soit 4 à 8kg pour 15 à 25kg de récolte.

Ruches 1

Ruches 2

0 commentaires